C’est sur la rive sud de la Loire que se produit l’Anjou rouge.

L’intégralité du vignoble se situe sur les terroirs de l’Anjou noir, c’est-à-dire la partie de l’Anjou située à l’extrémité est du Massif Armoricain : un socle schisteux situé sous le bassin parisien. On y retrouve aussi des sols volcaniques, des cailloux comme le grès, le quartz… Son nom qui marque la différence avec les terroirs de l’Anjou blanc, où l’on retrouvera du calcaire, typique du territoire Saumurois.

C’est grâce à la “douceur angevine”, celle que Joachim du Bellay évoquait dans un de ses poèmes des Regrets, que l’Anjou rouge s’épanouie pleinement et libère toutes ses saveurs. Avec sa météo peu changeante et douce tout au long de l’année, ainsi qu’avec son climat plutôt sec, la région du Val de Loire permet aux cépages Gamay, Grolleau, Carbernet Franc, Cabernet Sauvignon