Anjou Rouge : un Vin à la destinée Royale

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi l’Anjou Rouge arborait fièrement une couronne comme symbole ? Ou encore, pourquoi l’emblème des vins de Loire était une fleur de Lys ? Vous pensez certainement à un lien avec les châteaux… mais lequel ? Cet article vous propose de plonger au coeur de l’Histoire pour découvrir ce qui fait les lettres de noblesse des vins d’Anjou.

L’Anjou ou le vin du souverain

La culture de la vigne est présente en Val de Loire depuis l’invasion romaine, soit depuis plus de 2 000 ans. Cette culture s’est ensuite développée au Moyen Âge sur les rives de la Loire et autour de la ville d’Angers grâce au travail rigoureux des moines Augustins et Bénédictins. Mais c’est véritablement au XIIe siècle, que le vignoble angevin acquiert sa réputation, à cette époque son destin se lie à celui d’un homme : Henri II de Plantagenêt. En 1154, ce comte d’Anjou épouse la belle Aliénor, devient Duc d’Aquitaine puis… roi d’Angleterre ! L’enfant du pays devenu un puissant souverain fait servir les vins de sa province à la Cour : une habitude ensuite conservée par les têtes couronnées durant des siècles. Capétiens, Plantagenêt et Valois, tous encouragent, depuis la Cour jusqu’aux châteaux de la Loire, la découverte de ces nobles vignobles : de quoi faire de l’Anjou rouge un vin royal !

Anjou Rouge - Angers

La Loire ou l’histoire de la Vallée des rois

Le second événement marquant pour le rayonnement du vignoble de la Vallée de Loire est la guerre de Cent Ans. Ce conflit interminable contre les Anglais va indirectement jouer en la faveur du développement de la région. En effet, suite à la lourde défaite de la bataille d’Azincourt, le roi Charles VI ne se sent plus en sécurité à Paris : il décide de fuir la capitale et vient s’établir… en Touraine ! Ce choix n’est pas le fruit du hasard, non seulement la région lui est fidèle, mais elle est bien sécurisée grâce à ses forteresses et villes fortifiées, à l’image de Chinon. La province bénéficie d’un autre atout de taille : la Loire et ses autres voies navigables qui permettent de rallier aussi bien le nord que le sud du pays en toute sécurité. La région alors surnommée “le jardin de la France” offre un cadre de vie idéal à la Cour, mais également à toutes les élites qu’elles soient religieuses, intellectuelles ou artistiques qui ont suivi le souverain. C’est ainsi que La Vallée de la Loire devient l’écrin des plus beaux chefs d’oeuvre de la Renaissance et prend son nom de Vallée des Rois.
Voilà, vous savez désormais qu’il y a du sang royal dans votre verre d’Anjou rouge !